4

Quand je suis devenue mère

Cécile et Raphaël

Raphaël et moi

Quand je suis devenue mère tout a changé.

Je me sentais encore enfant moi-même jusqu’à ce que je donne la vie à ce petit être qui désormais dépendait de moi. Son impatience à se blottir sur moi m’a fait prendre conscience de l’importance que j’avais à ses yeux. En avais-je déjà eu autant pour quelqu’un d’autre ?

Me sentir indispensable pour ce bébé vulnérable, biensur je me sentais flattée.

Quand je suis devenue mère alors, j’ai pris de l’assurance.

Comme si mon statut avait changé. Je me sentais plus légitime en tant qu’adulte. Plus crédible.

Mais surtout,

Quand je suis devenue mère, les larmes sont montées.

Mon coeur débordait. Mes yeux n’étaient pas assez grands pour te regarder. Mon nez ne se lassait pas de te humer, mes mains de te toucher, de te caresser. Je n’en revenais pas de t’avoir créer.

Quand je suis devenue mère, j’ai changé d’animal totem.

J’ai délaissé dès la première nuit la marmotte qui sommeillait encore en moi pour revêtir le rôle du hibou veilleur de nuit. D’instinct le moindre bruit m’éveillait pour m’assurer de ta santé, pour t’écouter respirer.

Quand je suis devenue mère,

J’ai souhaité continuer à nourrir tes cellules jour après jour en t’allaitant. Un accompagnement progressif d’in à ex utero. Une façon de te garder tout près de moi aussi, je l’avoue.

Quand je suis devenue mère, nous sommes devenus une famille.

Notre couple s’est pour toujours engagé. Un ciment d’amour et de responsabilités nous a liés.

Quand je suis devenue mère, j’ai observé mes propres parents sous un jour différent.

J’ai compris au fur et à mesure ce que je ne comprenais pas avant. J’ai eu de la reconnaissance, de la tendresse, parfois de la peine.

Quand je suis devenue mère, j’ai eu l’impression d’accélérer le cours du temps

et de précipiter un peu tout le monde vers l’avant.

Quand je suis devenue mère, je n’ai plus cessé de m’inquiéter.

Là une chute, là une morsure, un jouet lancé à la figure ou pire une hausse de température…Mille questions je me suis posées : va t’il bien s’intégrer ? va t’il être apprécié ? va t’il savoir se débrouiller ?

Quand je suis devenue mère, j’ai eu l’occasion de me sentir fière.

A chacun de tes sourires, de tes pas, de tes progrès.

Quand je suis devenue mère, je n’ai cessé de te répéter,

Chaque soir en te donnant des baisers, combien pour moi tu comptais ; pour que chaque jour tu te sentes aimé.

Quand je suis devenue mère à nouveau,

J’ai eu peur. Peur de ne pas pouvoir aimer autant une seconde fois. Et pourtant…c’est ce qu’il se passa.

 

Cécile Alice Marcelle

à Raphaël

 

Si vous avez aimez, je vous propose de lire aussi ce joli texte de J L Borges “Après quelques temps”

  • 10
    Partages
Tout l'intérêt de ce blog réside dans le partage d'expériences, d'impressions. N'hésitez pas à écrire dans les commentaires. Je les lis avec beaucoup d'attention et ça fait toujours plaisir de voir que quelqu'un à lu l'article. 4 comments

Je vous offre une dose de bonnes ondes ? Ca vous dit ?

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de la demande et de la relation éthique et personnalisée qui peut en découler. Mes données resteront confidentielles et aucun spam ne sera envoyé.